Activités de chirurgie endocrinienne

La chirurgie des glandes endocrines (glandes qui sécrètent des hormones) concerne les glandes thyroïde, parathyroïdes et surrénaliennes.

Chirurgie thyroïdienne

La chirurgie thyroïdienne est indiquée en cas de volumineux goitre (hypertrophie de la thyroïde), de suspicion de cancer ou parfois d’hyperthyroïdie (sécrétion d’hormones thyroïdiennes en excès). Les nodules thyroïdiens étant très fréquemment retrouvés, il est important de bien sélectionner les indications opératoires car seuls 5-10% des nodules sont des cancers. Le meilleur examen d’imagerie est l’échographie, associée souvent à une cytoponction du nodule. Les complications de cette chirurgie sont des modifications de la voix (atteinte des nerfs laryngés inférieurs récurrents qui innervent les cordes vocales) et des diminutions de la calcémie (dévascularisation des glandes parathyroïdes qui régulent la calcémie). Ces atteintes sont définitives dans moins de 5% des cas. Les patients sont hospitalisés une nuit après l’intervention. Actuellement, des interventions de thyroïdectomie partielle sont faites en ambulatoire. Après l’intervention, un traitement hormonal est débuté. Ce traitement est à vie en cas de thyroïdectomie totale. La cicatrice, à la base du cou, tend à disparaitre avec le temps. Il est conseillé de ne pas l’exposer au soleil la première année après la chirurgie. La durée d’arrêt de travail est de 10 à 15 jours (sauf travail de force).

Chirurgie parathyroïdienne

La chirurgie des glandes parathyroïdes est indiquée en cas d’hyperfonctionnement. Cela entraine une augmentation du calcium dans le sang (et les urines). Il s’agit de l’hyperparathyroïdie. Cette maladie entraine une ostéoporose, de la fatigue et des douleurs articulaires. Le souvent, seule une glande est pathologique. Dans certains cas, ieurs glandes sont atteintes. La chirurgie consiste à n’enlever que les glandes malades, il ne faut jamais enlever toutes les glandes parathyroïdes. Pour aider le geste chirurgical, il est habituel de faire une échographie et une scintigraphie. Les complications sont rares (3-5%). Elles sont les suivantes : échec de guérison car la glande pathologique n’est pas trouvée, chute trop importante du calcium dans le sang (trop de glandes retirées) ou une modification de la voix (atteinte des nerfs des cordes vocales). Actuellement, la majorité des patients sont opérés en ambulatoire. La cicatrice, à la base du cou, tend à disparaitre avec le temps. Il est conseillé de ne pas l’exposer au soleil la première année après la chirurgie. La durée d’arrêt de travail est de 10 à 15 jours (sauf travail de force).

Chirurgie des glandes surrénales

La chirurgie des glandes surrénales est effectuée lorsqu’il existe une tumeur (maligne parfois) ou une hypersécrétion de certaines hormones sécrétées par la surrénale. Les hypersécrétions concernent en général soit l’adrénaline (la tumeur est appelée phéochromocytome, elle entraine une hypertension artérielle sévère), soit du cortisol (cela entraine un syndrome de Cushing) soit de l’aldostérone (cela entraine une hypertension artérielle). Les glandes surrénales sont situées au pôle supérieur de chaque rein. Leur ablation est faite le souvent par voie coelioscopique. La durée d’hospitalisation est de 2-4 jours. Les volumineuses tumeurs doivent être opérées par laparotomie (ouverture de la paroi abdominale). La durée d’hospitalisation est alors un peu longue (5-10 jours). Dans certains cas, un traitement avec des hormones surrénaliennes est indiqué. La durée d’arrêt de travail est de 15 à 30 jours.