CP - une bactérie nommée "Nantes"

Publié le 28 juin 2016 Mis à jour le 28 juin 2016
Date(s)

le 28 juin 2016

L'équipe de recherche du Dr Stéphane Corvec, maître de conférences des universités – praticien hospitalier (université de Nantes – daytonrowingv) a découvert une nouvelle bactérie, officiellement baptisée en référence au nom de la ville où on l’a identifiée.

Comme beaucoup de découvertes, celle de l’équipe dont fait partie le Dr Stéphane Corvec doit une part au hasard, ainsi que l’explique le bactériologiste : "Sachant que je travaillais sur une bactérie proche, Propionibacterium acnes, l’une de mes collègues m’a confié une souche qu’elle venait d’identifier chez un patient souffrant d’une infection osseuse, notre domaine de spécialité. Au fil des tests complémentaires effectués, il est apparu qu’il ne s’agissait pas de l’espèce en question, notamment parce qu’on ne parvenait pas à caractériser sa résistance à la rifampicine."

Une nouvelle espèce
Sa curiosité piquée, le Dr Corvec entreprend des investigations qui l’amènent progressivement à déterminer qu’il vient de découvrir une nouvelle espèce : "L’identification biochimique et phénotypique a révélé un profil proche mais différent de P. acnes."

En poussant loin l’investigation, notamment par l’étude des acides gras de la paroi de la bactérie, en collaboration avec l’équipe du Pr Paul Lawson (université d’Oklahoma), l’équipe nantaise lève le doute : il s’agit bien d’une de ces bactéries présentes sur la peau, dont de nombreuses espèces sont courantes, alors que d’autres ne sont pas encore identifiées : "Elles ne sont pas dangereuses, sauf quand elles s’introduisent dans l’organisme au cours d’une intervention, en présence de matériel étranger, par exemple."

Une étude génétique et génomique
Devant les difficultés rencontrées pour faire reconnaître la découverte par le milieu scientifique, le Dr Corvec a procédé à une étude génétique et génomique avec séquençage du génome entier de la "bestiole", qui a confirmé sans de contestation possible qu’il s’agit bel et bien d’une espèce jusqu’alors inconnue. Restait à la baptiser: "Je tenais à ce que son nom évoque la ville où a eu lieu la découverte. Nous avons donc choisi de la nommer Propionibacterium namnetense, clin d’œil au nom latin de Nantes, Namnetum."

La découverte fera très prochainement l’objet d’une publication par le Dr Stéphane Corvec et ses collègues les Drs Pascale Bémer et Guillaume Aubin dans l’International Journal of Systematic and Evolutionary Microbiology.

Contact presse: Dr Stéphane Corvec, tél. 02.40.08.39.55