effets secondaires possibles des traitements par chimiothérapie - troubles cutanés

Publié le 12 novembre 2008 Mis à jour le 4 mai 2011

Les cheveux
La chimiothérapie, dans beaucoup de protocoles de traitement, entraîne une chute des cheveux. Ces derniers arrêtent de pousser pendant la période de traitement. Lorsque les cheveux tombent, ils commencent à tomber dans les 10 à 15 jours qui suivent le début de la chimiothérapie, avec une chute maximale à partir du 2e mois de chimiothérapie. La chute des cheveux peut parfois être un peu douloureuse au niveau du cuir chevelu. Cette chute des cheveux durera pendant toute la période de traitement mais est réversible. Après l'arrêt de la chimiothérapie, la repousse des cheveux demande ieurs semaines à ieurs mois. La texture et la couleur peuvent en être modifiées.

Les médecins vous préviendront de ce risque désagréable, variable en fonction des traitements. Nous sommes à votre disposition pour vous fournir des adresses si vous souhaitiez acquérir une perruque.

Enfin, certains protocoles de chimiothérapie peuvent être associés à une proposition de casque réfrigérant durant le temps de la perfusion de chimiothérapie: en fonction de cette dernière, ce casque peut permettre d'éviter ou de diminuer de façon importante le risque de chute des cheveux. Le casque est efficace sur une chevelure préalablement mouillée.

La peau
Beaucoup de chimiothérapies sont à l'origine, pendant toute la durée du traitement, d'une sécheresse cutanée. Certaines chimiothérapies peuvent avoir une toxicité au niveau des paumes de mains et des plantes de pieds, avec possibles desquamation et fissuration. En cas de survenue de ces effets secondaires, une adaptation de la posologie de chimiothérapie pourra être justifiée.

Certaines nouvelles thérapeutiques, qui ne sont pas exactement de la chimiothérapie, mais qui pourront vous être proposées en fonction des indications (Iressa, Erbitux), peuvent donner des éruptions cutanées particulières à type de "rash" ou d'acné, relevant d'un traitement adéquat.

Les muqueuses
La chimiothérapie fragilise souvent l'ensemble des muqueuses et notamment la muqueuse de la bouche. Ainsi peuvent survenir des aphtes qui apparaissent souvent dans la semaine suivant la réalisation de la chimiothérapie, et sont favorisés par la baisse des globules blancs. La conduite à tenir est alors la suivante:
 

  • bains de bouche à base de Bicarbonates +/- anesthésiques locaux;
  • régime alimentaire peu assaisonné;
  • vérification de l'absence de « bouton de fièvre » ou de surinfection de la cavité buccale.

Il faudra nous er rapidement afin que vous soient prescrits les médicaments adéquats (Zelitrex, Triflucan). Ultérieurement, une adaptation de la posologie de chimiothérapie pourra être envisagée en fonction de l'intensité des symptômes.