je dois passer une artériographie cérébrale ou médullaire. De quoi s'agit-il?

Publié le 12 mai 2009 Mis à jour le 12 avril 2016
Pour une artériographie à visée diagnostique, vous serez hospitalisé la veille de l'examen et repartirez le lendemain matin (hospitalisation de 36h), à moins que vous n'habitiez à moins d'une heure de l'hôpital Laennec; dans ce cas une hospitalisation de jour pourrait être envisagée.

Cette artériographie a été programmée pour le dépistage, la surveillance ou le bilan pré-opératoire d' une lésion vasculaire. L'indication a été retenue car l'angiographie fournit dans votre cas des renseignements que n'apportent pas les examens tels que le scanner ou l'IRM.

Ces renseignements sont nécessaires et justifient la réalisation de l'artériographie, en dépit des risques (statistiquement faibles) qu'elle comporte.

Selon l'examen radiologique, des examens complémentaires vous seront demandés notamment un bilan sanguin récent (fonction rénale, hémostase, iono).

Vous devrez signaler:
  • si vous êtes sous anticoagulants ou anti-aggrégants, ,ainsi le médecin prescripteur adaptera le traitement;
  • si vous êtes diabétique et il vous sera demandé d'arrêter les biguamides le jour de l'examen et reprendre le traitement 48h après;
  • si vous êtes allergique aux produits de contrastes iodés et il vous sera administré une prémédication;
  • si vous êtes enceinte.

Comment est réalisée l'artériographie?
L'examen est réalisé sous anesthésie locale chez les adultes (l'anesthésie générale étant parfois proposée pour les angiographies médullaires).Il se déroule en salle d'artériographie en conditions stériles et dure en moyenne moins d'une heure en tout.

L'anesthésie locale sera faite au pli de l'aine droit ou gauche, afin de rendre insensible la ponction de l'artère fémorale. La suite de l'examen indolore consiste à faire cheminer sous contrôle visuel radioscopique, vers les vaisseaux du cou (ou les vaisseaux médullaires), un "cathéter" (qui s'apparente à un tuyau souple de quelques millimètres de diamètre).

L'artériographie consiste à injecter un produit de contraste et de prendre une série de clichés pendant les phases de circulation artérielle et veineuse du produit de contraste. L'injection peut être ressentie, sous forme de sensation de chaleur peu intense, ou d'un goût métallique.

En fin de procédure, tout le matériel est retiré, et on comprime l'artère fémorale pendant 10 à 15 minutes. Afin d'éviter tout risque de fuite au point de ponction, il vous sera recommandé de rester 6 heures strictement allongé sans plier la jambe.

Un  tel examen comporte-t-il des risques?
Le risque (rare 0.3%) d'accident vasculaire cérébral (AVC) existe; il résulte de la migration d'un caillot (ou thrombus) dans le territoire d'une artère cérébrale. Cet AVC ou infarctus cérébral peut être transitoire ou permanent. Dans ce dernier cas, il peut subsister un déficit neurologique ou moins important en fonction de l'étendue et la localisation du territoire cérébral atteint. Les médecins du service de neuroradiologie diagnostique et thérapeutique du daytonrowingv  possèdent une grande expérience, 750 examens angiographiques étant réalisés tous les ans dans le service. Dans votre cas, le risque de l'examen a été jugé faible au regard des informations nécessaires à la prise en charge de votre problème vasculaire.

Si vous avez des questions n'hésitez pas à les poser au  personnel ou aux médecins du service.

Après avoir rencontré le médecin neuroradiologue en consultation et avoir été examiné par un médecin anesthésiste, une date d'intervention  a été convenue.
Vous serez hospitalisé la veille de cette intervention, et vous resterez  hospitalisé jusqu'au lendemain à fin de surveillance.

Comment l'intervention va-t-elle se passer?
Les médecins neuroradiologues utilisent des petits cathéters (sondes de moins d'1mm de diamètres) pour les placer au sein de l'artère ou de la veine qui doit être traitée. Ce cathéter sert ensuite à mettre en place de façon contrôlée par visualisation radioscopique un produit occlusif.

Selon les cas, il peut s'agir de spires métalliques en platine, de particules ou d'un polymère.

Dans certain cas, seront également employés des micro-ballons ou un stent.
L'efficacité du traitement sera évaluée grâce à l'injection de produit de contraste.
Une surveillance après embolisation est établie dans le service où vous serez hospitalisé.

Le médecin neuroradiologue passera vous voir également durant votre séjour.