leucémie lymphoïde - comment la traite-t-on?

Publié le 21 septembre 2011 Mis à jour le 22 avril 2015
La mise en route du traitement dépend avant tout du stade de la maladie.
Le stade A correspond à la maladie inapparente : seuls les lymphocytes du sang sont en nombre supérieur à la normale (environ deux patients sur trois sont en stade A au moment du diagnostic), aucun traitement n'est justifié, les patients sont simplement régulièrement surveillés. Parmi ces patients, un tiers restera toujours en stade A et n'aura jamais besoin de traitement, un tiers ne verra la maladie progresser qu'après ieurs années, un tiers progressera vite et aura besoin d'un traitement dans l'année suivant le diagnostic.

Le stade B correspond à la présentation de la maladie sous forme d'une augmentation de volume des ganglions et/ou de la rate.

Le stade C à une diminution des globules rouges (hémoglobine < 10g/dl) et/ou des plaquettes (< 100.000 /mm3).

Une maladie en stade B ou C nécessite un traitement.

Dans la plupart des cas, le traitement repose sur l'association d'un anticorps monoclonal et de produits de chimiothérapie. Le traitement est adapté à la présentation de la maladie, et aux caractéristiques du patient. Il est, dans la majorité des cas, administré en hôpital de jour, c'est-à-dire sans qu'il soit nécessaire de dormir à l'hôpital.

Le traitement permet d'obtenir une rémission c'est-à-dire une disparition de tous les signes de la maladie, et une normalisation de la prise de sang. Grâce aux nouveaux traitements, les rémissions sont de en de longue durée. Cependant, comme dans toute maladie chronique, après la période de rémission une nouvelle phase évolutive rend nécessaire de reprendre un traitement. Une fois la rémission obtenue, il est nécessaire de consulter à intervalle régulier un médecin spécialiste.