questions sur l'épiphysiolyse ou glissement épiphysaire fémoral supérieur

Publié le 23 septembre 2009 Mis à jour le 22 avril 2015

L'épiphysiolyse ou glissement épiphysaire fémoral supérieur, qu'est-ce que c'est?
C'est une maladie de la hanche. Entre le col et la tête du fémur, il y a chez l'enfant du cartilage de croissance. Le glissement épiphysaire se situe à ce niveau. La tête glisse par rapport au col du fémur. Ce glissement peut se faire ou moins rapidement. Cette maladie survient chez les enfants en phase prépubertaire, vers 13.5 ans chez le garçon et 12 ans chez la fille. Elle touche souvent le garçon que la fille. Un excès pondéral est souvent présent. Dans 80% des cas une seule hanche est malade. Lorsque les deux hanches sont malades, l'atteinte de chaque hanche est souvent décalée dans le temps.
 
A quoi est-ce dû?
On ne sait pas exactement. Il y a probablement ieurs facteurs qui entrent en jeu. Cette maladie touche principalement les garçons obèses en âge prépubertaire. Il y a donc certainement des facteurs mécaniques et hormonaux.

Comment cela se voit-il?
C'est généralement la douleur qui nous alerte. Celle-ci est souvent trompeuse : au lieu d'être située à la hanche elle est au genou. Son importance est très variable. Ca peut aller d'une petite boiterie jusqu'à une impossibilité totale de marcher. Le diagnostic se fait grâce aux radiographies.

Comment cela se soigne-t-il?
La prise en charge est urgente.
Le traitement est chirurgical. Il n'y a pas d'autre alternative.
C'est une urgence relative, c'est à dire que l'on ne va pas opérer le jour même mais dans les jours à venir. Par contre dès que le diagnostic est posé l'appui est formellement contre indiqué. En effet le risque en poursuivant l'appui c'est que le glissement augmente et il augmente le pronostic est grave.
Le traitement vise à éviter que la bascule augmente. On met donc une vis pour empécher la tête fémorale de continuer à glisser. Cette vis est introduite dans le col fémoral, traverse le cartilage de croissance et se termine dans la tête du fémur. La cicatrice est relativement petite, environ 2 centimètres, sur la cuisse. Cette vis met en le cartilage en compression et accélère sa fusion. Si on enlève la vis alors que le cartilage n'est pas encore fusionné la maladie peut récidiver.
Parfois, quand le glissement est vraiment très important, le traitement est beaucoup lourd. Il faut remettre la tête en meilleure position sur le col avant de la fixer par des vis. Cette opération laisse une cicatrice beaucoup grande.

Et les suites opératoires?
La sortie de l'hôpital après l'intervention est rapide, deux à trois jours. Parfois, le retour à la maison n'est pas possible et l'enfant est transféré en centre de rééducation. En effet l'appui du côté opéré ne sera pas autorisé avant au moins un mois et parfois même au moins trois mois. Si la maison et l'école ne sont pas adaptées à cette situation, il vaut mieux aller quelques semaines en centre. En effet, il ne faut pas risquer d'aggraver l'avenir de la hanche malade et surtout rater une année scolaire!
Le sport est interdit pour au moins six mois en dehors de la natation qui pourra être reprise vite.

Quel est l'avenir?
La vis est généralement retirée après un à deux ans. On attend que le cartilage de croissance soit suffisamment fusionné pour la retirer afin d'éviter une récidive. Il faut savoir que retirer cette vis est souvent compliqué que de la mettre et qu'il est parfois nécessaire d'agrandir la cicatrice.
La maladie peut être des deux côtés. L'atteinte est souvent décalée dans le temps. Alors si une douleur apparaît au niveau de la hanche ou du genou controlatéral, il faut immédiatement arrêter d'appuyer sur cette jambe et consulter pour que l'on fasse une radiographie et vérifier qu'elle ne est pas malade.
Le glissement épiphysaire est une maladie grave, pas sur le plan général mais sur le plan local. Les risques à court terme (surtout dans les deux premières années suivant le début de la maladie) sont de deux types : la nécrose de la tête fémorale et la chondrolyse. De quoi s'agit-il?
La nécrose de la tête fémorale est due au fait que l'os à ce niveau ne reçoit de sang. L'os devient mou et risque de se déformer de façon importante. Cette nécrose est ou moins importante et elle est étendue le risque d'arthrose précoce est important.
La chondrolyse est une destruction du cartilage articulaire (et non du cartilage de croissance) de la hanche. Ce cartilage permet normalement d'avoir une bonne mobilité de l'articulation. Si il disparaît la hanche s'enraîdit de façon très importante. Le traitement de cette complication est la traction pendant de long mois en centre de rééducation jusqu'à ce que la mobilité s'améliore. On ne sait pas exactement pourquoi cette complication arrive mais on sait que comme la nécrose elle augmente considérablement le risque d'arthrose précoce.
Ces risques de complications font qu'en cas d'apparition de douleur il faut arrêter immédiatement d'appuyer sur le membre inférieur concerné et consulter rapidement.
A long terme, même si ces deux complications ne sont pas survenues, les risques d'avoir de l'arthrose de hanche jeune sont augmentés uniquement parce que le fémur n'a tout à fait une forme normale. Bien sûr, la bascule initiale est sévère les risques sont importants.