Publié le 12 juin 2015 Mis à jour le 30 juin 2015

Qu’est-ce que la rétinopathie diabétique ?

La rétinopathie diabétique est une atteinte des petits vaisseaux de la rétine secondaire au diabète. Il s’agit de la première cause de cécité avant 50 ans dans les pays développés. Elle est d’autant fréquente que le diabète est mal équilibré. Elle se développe insidieusement sans aucun symptôme au début, c’est pourquoi un dépistage par un examen du fond d’œil annuel est recommandé chez tous les patients diabétiques. 

Lorsque la rétinopathie n’est pas dépistée à un stade précoce, elle peut se compliquer de saignement intraoculaire ou de décollement de rétine responsables d’un effondrement de la vision.

L’atteinte des petits vaisseaux de la rétine peut également entraîner une perte d’étanchéité de leur paroi et l’accumulation de liquide dans la rétine : c’est l’œdème maculaire diabétique, responsable d’une baisse progressive de la vision.
 
Quels examens complémentaires sont pratiqués en consultation ?

  • Le dépistage de la rétinopathie diabétique peut être réalisé à l’aide d’un rétinographe, caméra prenant des photographies du fond d’œil sans que la dilatation des pupilles ne soit nécessaire.
     
  • L’examen du fond d’œil par un ophtalmologue permet de confirmer le diagnostic et nécessite de dilater les pupilles.

    En cas de dilatation des pupilles, il vous est demandé de venir accompagné ou en transports en commun, car il ne vous sera pas possible de conduire votre véhicule pendant les 2 heures qui suivent l’examen. Prévoyez des lunettes teintées pour votre retour.

  • L’examen en OCT (tomographie à cohérence optique) permet de faire le diagnostic et de suivre l’évolution de l’œdème maculaire diabétique (voir fiche d’information « OCT»).
     
  • Une angiographie à la fluorescéine peut être nécessaire. Elle consiste à photographier les vaisseaux de la rétine après avoir injecté un colorant dans une veine du bras (voir fiche d’information « angiographie du fond d’œil »).
     

Quels sont les traitements disponibles ?

Il s’agit avant tout d’obtenir le meilleur équilibre possible du diabète ainsi que de la tension artérielle. L’objectif d’une hémoglobine glyquée (HbA1c) inférieure ou égale à 7% et d’une tension artérielle inférieure ou égale à 130/80 est conseillé pour diminuer le risque de survenue de la rétinopathie diabétique ou le risque de progression de cette rétinopathie diabétique .  Le suivi du diabète par votre médecin généraliste ou votre diabétologue est donc indispensable.

Plusieurs traitements diversement associés peuvent vous être proposés. Seul votre ophtalmologue peut décider du traitement le approprié.

  • Un traitement par laser de la rétine périphérique peut vous être proposé pour traiter une rétinopathie évoluée. Il nécessite de dilater les pupilles. Il faut en général réaliser ieurs séances dont la fréquence sera précisée par votre ophtalmologue. Les nouveaux lasers « multispots » permettent de diminuer le nombre de séances à réaliser et sont moins douloureux.
     
  • Une séance de laser peut également vous être proposée pour traiter un œdème maculaire.
     
  • Des injections intra-vitréennes d’anti-VEGF et bientôt de corticoïdes peuvent également vous être proposées pour traiter un œdème maculaire. Ces injections sont réalisées en ambulatoire sous anesthésie locale (voir fiche d’information « IVT»). Elles devront être répétées selon l’évolution de l’œdème maculaire.