VIH - le dépistage recommandé pour tous

Publié le 8 novembre 2011

En France, 130.000 à 150.000 personnes vivent avec le VIH (virus de l'immunodéficience humaine). Il est estimé qu'environ 50.000 personnes infectées ignorent leur séropositivité (soit une personne séropositive sur trois). Les Pays de Loire se situent au 7e rang des 20 régions en France métropolitaine.

En 2011, la prise en charge des patients infectés par le VIH a considérablement évolué. Les traitements sont de en simples, de moins en moins contraignants et on arrive aujourd'hui à contrôler le virus et à restaurer l'immunité - les défenses de l'organisme - suffisamment pour obtenir chez les personnes vivant avec le VIH une espérance de vie proche de celle de la population générale.

Parallèlement,  toutes les études épidémiologiques portant sur les infections sexuellement transmissibles (IST) montrent une résurgence des autres infections qui peuvent également passer inaperçues et avoir des conséquences graves si non prises en charge (troubles neurologiques, stérilité chez les jeunes femmes, salpingites...).

Les autorités de santé  recommandent aujourd'hui que l'ensemble de la population âgée de 15 à 70 ans se fasse dépister pour le VIH afin de pouvoir bénéficier des soins adaptés. Cela consiste à réaliser une prise de sang à la recherche des anticorps.

Pour pouvoir effectuer un test de dépistage, ou pour un avis si doute sur une IST, vous pouvez vous  adresser  à votre médecin traitant, votre gynécologue, un laboratoire, un centre de dépistage anonyme et gratuit (CDAG), un centre d'information, de dépistage et diagnostic des infections sexuellement transmissibles (Ciddist) ou à un autre professionnel de santé. Il vous renseignera.

Pour le dépistage du VIH, en 2011, sont apparus les Trod : tests rapides d'orientation diagnostique (utilisation validée par le ministère de la Santé par un arrêté de novembre 2010).  Le résultat est connu en moins de 30 minutes et à partir d'une simple goutte de sang prélevée sur un doigt . Ils peuvent être effectués également par certaines associations habilitées; cette possibilité est complémentaire de celles existant déjà et doit pouvoir faciliter la demande de test.